Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez|

◮ Mais je n'ai pas de mots pour toi. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Messages : 625
On the road since : 14/06/2011
Pseudo : bullshit. / Pauline.
Crédits : shiya
◮ age : 30 ans.


HIGHWAY TO HELL.
◮ coming from: New York.
◮ looking for: Essayer d'entretenir une relation avec Annie. Finir ce bouquin.
◮ along for the ride:

MessageSujet: ◮ Mais je n'ai pas de mots pour toi. [PV] Jeu 15 Sep - 20:48



Voilà plusieurs heures que le moteur de ma voiture tourne. Sur la banquette arrière, Peter ronfle comme un sonneur, à moitié affalé, les pieds posés sur mon siège. Je les lui ais chatouillé à plusieurs reprises mais rien à faire, ce mec dort profondément et ne se réveillera probablement jamais à moins que je ne lui balance un seau d'eau sur la tronche, ce qui impliquerait le fait de mouiller ma caisse. Soit, un objectif tout à fait improbable. A côté de moi, sur le siège passager, elle dort. Du moins, elle a les yeux fermé et sa respiration est régulière. Son visage est doux, ses sourcils ne sont pas froncés, elle est calme. Ses rêves doivent être doux. Je me prends à la regarder durant plusieurs secondes, alternant avec la route monotone que nous parcourons. Elle, est un paysage absolument fabuleux à scruter. Je ne me lasse jamais de la regarder dormir, mais j'évite de la regarder lorsque ses yeux sont ouverts. Elle m'intimide par ses mots et ses regards pleins de tendresse. J'ai peur d'elle, peur des sentiments et de l'affection qu'elle puisse avoir à mon égard. Je ne veux pas de toute cette affection, je n'en ai pas besoin. Il ne m'en faut pas et je ne veux pas en donner. Je n'en ai pas le droit. J'ai appris à être dur, à ne me soucier que de moi-même et de la rue, et aujourd'hui, je me soucie du gang et des flics qui sont à mon cul. Je ne veux pas encore en plus me soucier d'une fille qui puisse me faire tourner la tête, me la faire perdre. Ma conduite est monotone. J'ai l'impression que la route n'en fini pas. Le paysage est toujours le même. Une espèce de désert. En fait, je n'ai aucune idée de ce que cela peut-être et je m'en fiche. Pour moi, la seule chose qui importe, c'est d'être en sécurité. Loin de ceux qui me veulent du mal. Loin d'une cellule, loin de la mort. Je pousse un soupir alors qu'un voyant rouge s'allume sur le tableau de bord de la titine ( ma caisse ). « Putain » je lance en chuchotant. Il doit me rester une cinquantaine de kilomètres à faire avant que la voiture ne s'arrête par manque d'essence. Je me tape la crâne et fronce les sourcils. Est-ce qu'au moins il y a une station essence à cinquante kilomètres de là ? J'espère et je ralentis un peu l'allure afin de ne pas gaspiller ce qu'il me reste en carburant. J'augmente à peine le son de la radio qui crache une musique entraînante qui me fait oublier mes soucis le temps d'un instant. Je lis. Station essence, Kansas, trente kilomètres. Hallelujah. Je soupire de bonheur et mon sourire se redessine finement sur mes lèvres asséchées. Seulement c'est Peter qui a près de lui la bouteille, donc, j'attendrai. Je parcours ces trente kilomètres dans le silences le plus complet, entre la musique, le bruit du moteur, les ronflement de l'autre derrière et les soupirs d'Annie qui me font un truc au niveau du cœur. Et puis, j'arrête la voiture. Je tourne la clé, sors, attrape une pompe et remplis le réservoir à ras bord avant d'aller payer et acheté une bouteille de coca. Je ressors de là, prends ma caisse et vais me garer un peu plus loin. J'ai besoin de me détendre un peu. Je sors en prenant les clés avec moi et me mets à marcher sans but aucun à travers cette station essence. Et puis, je m'éloigne un peu dans la cambrousse, appréciant le paysage, m'émerveillant pour un rien. Je pisse un coup puis m'assieds et ouvre ma bouteille, la vidant à grande lampées. J'en bois la moitié et sors un énorme rot pas super esthétique. « C'est galant. » Sa voix me fait sursauter et je me retourne. Sans aucune gêne, je hausse les épaule et me retourne alors qu'elle vient s’asseoir près de moi en posant sa main sur mon épaule. « Tu as bien dormis ? » que je lui demande histoire de faire la conversation. Ouais, faut bien être un minimum sociable, étant donné que je voyage avec Annie et son frère depuis plusieurs mois.

_________________

Et, lorsqu\'il repart. Personne ne sait jamais où il peut se rendre, vers quel paysage doré il se dirige. La seule personne qui se tient au courant, qui sait tout de lui, c\'est peut-être bien lui-même. Peut-être même pas. Quelqu\'un ? Quelqu\'un sait-il qui est ce mystère humain ? Sa solitude est d\'une telle étrangeté, que personne ne s\'abstient de se poser, même rien qu\'au fond de son coeur, \"qui est-il ?\", \"pourquoi, pour qui est-il ?\" ...
La seule chose que je sais de lui,
c\'est bien, qu\'il aime la vie.
Il me l\'a dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◮ Mais je n'ai pas de mots pour toi. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» un petit mot pour michel (musfig)
» Les épousailles, c'est ici!
» Presentation of P@rfum ♛
» J ai perdu 9 galaxy chips
» Présentation de JunhinhoLeKing
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
on the road :: ROAD 66 :: Kansas :: Gas Stations-